Accueil

PRESENTATION

FONDATION OECUMENIQUE POUR LA PAIX ET LA JUSTICE

 

<< Si vous voulez la paix, allez à la rencontre des pauvres >>

FOPJ

La Fondation Œcuménique pour la Paix et la justice (F.O.P.J) est une institution à but non lucratif fondée en Août 1992.

Notre mission est de former de bons chrétiens et d’honnêtes citoyens par la formation et l’éducation. Pour nous , il n’y a aucune différence entre la proclamation de l’évangile et la lutte pour la promotion et la défense des droits humains; cette dernière est une exigence même de l’évangile.

Nous croyons en un Dieu qui est immanent, miséricordieux et solidaire

 

La F.O.P.J est dirigée par un conseil d’administration de cinq (5) membres.

 

Nos activités sont réalisées par une équipe de 35 collaborateurs et notre siège social est au # 71 Impasse Eddy, Avenue Magloire Ambroise prolongée, Carrefour-Feuilles.

Tel: (509) 3944-7444 / 2229-1892

e-mail: copj2001@yahoo.ca

web site: http/www.fopj.org

 

Port-Au-Prince, Haïti.

 

Mme Esther Pierre

Coordonatrice des programmes de la FOPJ

FONDEMENT THEOLOGIQUE DE LA FONDATION

 

Si nous voulons savoir la grandeur de l’amour que nous avons pour Dieu, nous devons d’abord évaluer la grandeur de l’amour que nous éprouvons pour la personne que nous aimons le moins. En ce sens, l’amour que nous ressentons pour les pauvres, pour les exclus et surtout pour notre ennemi doit être la règle de base à laquelle nous devons évaluer la profondeur et la grandeur de l’amour que nous avons pour le Seigneur. Dieu, personne ne l’a jamais vu, sauf en Jésus Christ en qui le Père a révélé son vrai image et par qui nous sommes devenu Fils. Lorsqu’il était parmi nous, le Christ n’a jamais cessé de nous inviter à nous tourner vers l’autre, cet autre qui est notre frère et qui, comme nous est créé à l’image et à la ressemblance de ce Dieu que nous implorant chaque jour, en qui nous plaçons toute notre espérance et de qui dépend tout notre être. Dans la parabole du bon samaritain, notre Seigneur ne nous a-t-il pas fait comprendre que : « tout ce que nous avons fait au plus petit de nos frères, c’est à lui que nous l’avons fait ». En Mathieu dans son discours sur le jugement dernier, ne nous a-t-il pas relaté les grandes lignes du jugement des nations quand il a dit : « J’avais faim et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, vous m’avez donné à boire ; j’étais nu, vous m’avez habillé ; j’étais un étranger et vous m’avez accueilli ; j’étais en prison, vous m’avez visité». Donc il est impossible d’aimer Dieu que nous ne voyons pas, si nous n’aimons pas le frère qui est à coté de nous., ce frère qui au fond de sa misère n’attend qu’un sourire, qu’un regard de notre part pour reprendre gout a la vie .Que de fois nous sommes-nous rendu à l’église pour rencontrer le Seigneur tout en l’abandonnant au portail de l’édifice couvert de haillons, de crasses et de crachats…….Dieu n’est-il pas dans une larme qu’on essuie, un sourire qu’on fait renaitre et un pauvre qu’on a aidé en le donnant à manger, à boire, en l’habillant etc. ? N’est-il pas dans le regard de cet enfant qui a faim à qui l’on refuse de porter assistance ? N’est-il pas dans ce père et cette mère qui n’arrivent pas à nourrir ses enfants ? Donc quand on n’a rien à donner, ne vaut-il pas mieux de donner un sourire ? En ce sens, un vrai sourire est une fleur qui sort du cœur de quelqu’un qui aime et celui qui aime, vivra éternellement, totalement et joyeusement. Dans ce cas, nous devons servir Dieu même dans les plus petites opportunités de notre vie. Car les grandes occasions de servir Dieu sont rares, mais les petites sont quotidiennes

 

En Jésus, c’est l’amour qui n’est pas aimé ; c’est amour qui est bafoué, humilié et crucifié. A ces affronts, notre Seigneur a apporté sa réponse en aimant, en pardonnant et en bénissant tout en nous invitant à la vraie signification de l’amour. En lui, quelqu’un qui aime pardonne sans cesse ; en ce sens le pardon est la concrétisation de l’amour, de l’amour qui se donne sans compter, de l’amour qui sauve et qui vivifie. Donc celui qui a : la vie, l’amour et la liberté possède tout. Toutefois l’on doit savoir que : « l’amour sans la vérité pourrit le cœur, la vérité sans l’amour endurcit le cœur ; et qu’ensemble l’amour et la vérité nourrit le cœur ». Par conséquent si nous n’aimons pas et ne vivons pas dans la vérité, Dieu n’habite pas en nous. Alors nous ressemblons à une cloche qui résonne, à un tombeau blanchi et à une maison construit sur le sable.

 

Dans le monde d’aujourd’hui, le chrétien doit être à la fois un doux, un artisan de paix, un semeur d’amour et du pardon. A l’instar des premiers chrétiens, il doit parfois choisir de suivre le christ à contre-courant de la société ou il évolue. Son amour pour Dieu est comme un feu qui le dévore. Il ne se contente pas de propager, de prêcher la parole, mais fait d’elle la réalité fondamentale de sa vie. Au milieu d’un monde voué au mensonge, au plaisir, à la haine, à l’égoïsme, à l’appât effréné du gain et de l’argent, il se comporte en témoins de la vérité, de l’amour et du partage. C’est un fou de Dieu. Sa foi est son étendard, il n’est ni hautain, ni suffisant, ne constitue pas un obstacle pour les autres. Il ne cherche pas son intérêt au détriment de ses frères, se bat en tout et partout à accomplir la volonté de son Seigneur. En ce sens, il est un radical, un révolutionnaire. Il se révolte contre toutes les fausses valeurs, contre tous les idoles que lui offre la société. Sa révolution est celle de l’amour et de la vérité ; sa raison de vivre est de changer la face du monde avec la violence de l’amour et la force de la vérité. Son cœur n’est fait que pour l’amour et son esprit pour la vérité ; de l’amour qui transforme et de la vérité qui libère.

VIDEO DE REMERCIEMENT FOPJ

Voir la vidéo de remerciement de la Fondation Oecumenique Pour la Paix et la Justice en cliquant sur ce lien : http://youtu.be/3V7362OVPm4

LES MEMBRES DU COMITE DE COORDINATION DE LA FOPJ

 

Prière des Collaborateurs (F.O.P.J)

 

Mon Dieu Fais de moi un artisan de paix et un bâtisseur d’amour

 

Aide-moi à dire la vérité en face des forts

 

Et à ne pas mentir pour m’attirer les applaudissements des faibles.

 

Si tu me donnes de l’argent ne me prends pas mon bonheur

 

Si tu me donnes de la force, ne m’enlèves pas mon pouvoir de raisonner

 

Si tu me donnes le succès, ne m’ôtes pas l’humilité.

 

Si tu me donnes l’humilité, ne m’ôtes pas ma dignité.

 

Mon Dieu

 

Aide-moi à connaitre l’autre aspect des choses,

 

Et ne permets pas que j’accuse mes adversaires d’être traitres

 

Par ce qu’ils ne partagent pas mon point de vue.

 

Enseignes-moi a aimer les autres comme je m’aime moi-même

 

Et à me juger comme je juge les autres

 

Enseignes- moi que servir est la concrétisation de l’amour

 

Et que l’amour ne se paie que par l’amour,

 

Aides-moi a changer les choses avec la violence d’aimer

 

Et fais chanter l’amour dans ma vie

 

Ne me laisse pas m’enivrer par le succès si je l’atteins,

Ni me désespérer si j’échoue.

 

Fais-moi plutôt me souvenir que l’échec est l’épreuve qui conduit au succès.

 

Enseignes-moi que la tolérance est le degré le plus élevé de la force

 

Et que le désir de vengeance est la première manifestation de la faiblesse.

 

Si tu me dépouilles des richesses, laisses- moi l’espérance,

 

Et si tu me dépouilles du succès,

 

Laisse-moi la force de volonté pour pourvoir vaincre l’échec.

 

Si tu me dépouilles du don de la sante,

 

Laisse-moi la grâce de la foi.

 

Si je fais du tort à quelqu’un, donne-moi la force de demander pardon,

 

Et si quelqu’un me fait du tort, donne-moi la force du pardon et de la clémence.

 

Mon Dieu…….. si je t’oublie,

 

! Toi, ne m’oublie pas.

 

AMEN